En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Approche psychologique à Mérignac près de Bordeaux


L'Approche Centrée sur la Personne (ACP)
 
En tant que thérapeute rogérien, à Mérignac près de Bordeaux, j'envisage mon client dans sa globalité. Je ne m'arrête pas à un problème, une difficulté, un diagnostic... mais je travaille avec le processus de vie à l'œuvre en chacun de nous grâce à la relation que j'établis avec mon client.
Ce travail rejaillit non seulement sur le problème initial mais aussi sur l'ensemble du client lui-même, qui en tire des bénéfices dans des domaines variés.

J'utilise notamment pour cela les trois attitudes de base de l'ACP :

L'empathie

 
« L’état d’empathie, ou la qualité d’être empathique, consiste à percevoir avec précision le cadre de référence interne de l’autre, les composantes émotionnelles et les significations qui s’y rattachent, comme si l’on était la personne elle-même, mais sans jamais perdre de vue le « comme si » » (Rogers, 1980). En simplifiant beaucoup, il s’agit de voir les choses du point de vue du client, sans oublier que c’est son point de vue à lui. Le thérapeute offre cette attitude au client qui fait l’expérience de se sentir profondément compris.

La congruence

 
« Plus le thérapeute est lui-même dans la relation, n’affichant pas de façade professionnelle ou d’image personnelle, plus grande est la probabilité que le client changera et se développera d’une manière constructive. Il y a un état d’unification, ou congruence, entre l’expérience émotionnelle en cours au niveau des tripes, la conscience de cette expérience et ce qui est exprimé au client » (Rogers, 1980). Le thérapeute rogérien ne se cache pas derrière une façade ou un savoir, il est lui-même, vrai, dans la relation : il parle et peut évoquer ce qu’il ressent s’il sent que cela peut être aidant pour le client. En mettant régulièrement le client en contact avec cette attitude, le thérapeute aide le client à faire de même et à aller vers plus d’harmonie et d’authenticité.

La considération (ou regard) positive inconditionnelle

 
« Lorsque le thérapeute éprouve une attitude positive, non jugeante et d’acceptation face à tout ce que le client est en ce moment (peu importe ce qu’il est à ce moment- là), le mouvement thérapeutique, ou changement, est plus probable. » (Rogers, 1980).
Ce non-jugement est vraiment quelque chose de fondamental et une telle acceptation est souvent une expérience très particulière pour le client qui souvent n’a jamais rencontré cela. Là encore, le client va s’imprégner de cette attitude et devenir de plus en plus capable de se l’offrir à lui-même pour être beaucoup moins dans le jugement de lui-même.

La thérapie par le jeu

L’accompagnement des enfants se fait par le langage des enfants qu’est le jeu. Le jeu devient un lieu d’expression, et aussi un lieu de rencontre avec un adulte soutenant le développement de l’enfant.
La thérapie par le jeu s’ajuste aux enfants (ainsi qu’aux adolescents qui le souhaitent) et leur permet de s’exprimer d’une manière qui leur est familière, sans passer nécessairement par le langage oral, qui leur semble parfois inadapté pour (re)vivre ou partager ce qu’ils ressentent. Je les rencontre donc par leur moyen de communication préférentiel ce qui leur donne plus de confort et de sécurité intérieure.

"Client" et non "patient"

 
Dans l’approche rogerienne (ou centrée sur la personne), on parle de « client » et non de « patient ». En effet, le terme de « patient » laisse entendre que la personne est malade (et souvent passive). Que mon client soit malade ou pas, je ne le vois pas essentiellement comme malade, mais comme une personne dont le processus de développement est ralenti, entravé, bloqué… et qui est riche de potentialités avec lesquelles nous allons nous efforcer de retrouver le contact. Et c’est le travail sur ce processus, dans la relation thérapeutique, qui est au cœur de ma pratique.

Ma pratique est encadrée par plusieurs références


♦   CODE de DÉONTOLOGIE des psychologues
♦   CODE de DÉONTOLOGIE du psychothérapeute adhérent à l'A.F.P.-A.C.P.
♦   CHARTE DES VALEURS UNITIVES DE LA PSYCHOTHÉRAPIE CENTRÉE SUR LA PERSONNE
♦   CHARTE MONDIALE du World Council for Psychotherapy (WCP) POUR LES PERSONNES  EN  PSYCHOTHÉRAPIE

Pour en savoir plus sur l’ACP :


♦   Carl R. ROGERS : Le développement de la personne, Ed. Dunod, 1968
♦   Carl R. ROGERS : L’Approche centrée sur la Personne. Anthologie de textes présentés par Howard Kirschenbaum et Valérie Land Henderson, Ed. Randin, Lausanne, 2001
♦   Bérénice DARTEVELLE : La psychothérapie centrée sur la personne, Ed Bernet- DanilO, 2005